Erreurs souvent commises par les parents

Les erreurs souvent commises par les parents

Malheureusement, il n’existe pas de « manuel du parent » alors des erreurs, on en fait tous et pas qu’une ! Il suffit alors d’apprendre lesquelles ne sont plus à reproduire ou comment les contourner.
En ce qui concerne le scolaire, dites à votre enfant qu’il est normal que vous l’aidiez et le souteniez, quelle que soit sa moyenne, qui est si importante. Le fait de savoir qu’il ne sera pas puni en cas d’échec lui permettra de travailler dur pour s’améliorer. En fin de compte, c’est ce qui est le plus important. Les résultats aux tests n’ont pas une grande signification dans la vie, et l’apprentissage est facile pour certains enfants, pas tellement pour d’autres.
Cependant, ne soyez pas surprotecteurs. De nos jours, les parents sont de plus en plus anxieux et surprotègent leurs enfants. Nous les empêchons de faire suffisamment d’erreurs, qui, si elles sont bien gérées, sont des occasions inestimables d’apprendre. Nous les empêchons également de développer leur capacité à faire face à des moments compliqués en ne leur permettant pas de faire face à des émotions comme la colère et la déception.
On s’attend notamment souvent à ce que l’enfant le plus âgé soit sache saisir les signaux non verbaux. On ne s’attend jamais à ce que le bébé fasse quoi que ce soit, car c’est lui le bébé. L’enfant qui se retrouve au milieu, votre petit cadet peut aller dans les deux sens, mais il est généralement laissé à lui-même. La chose la plus importante que vous puissiez faire en tant que parent est d’être une source fiable de soutien.
Pour ce qui est de nos ados, un adolescent ne peut pas supporter que ses parents essayent d’être « branchés ». Alors, à tous les parents, voici quelques suggestions : arrêtez d’essayer de paraître cool. Vous êtes cool. Le fait que vous ayez donné naissance à ce petit monstre, est cool. Vous lui avez appris à manger, boire et parler. Rien que cela fait de vous l’être humain le plus cool de la planète. Mais ne vous en vantez pas. Ce n’est pas cool du tout. Faites avec. N’envoyez pas de demandes d’amis à tous les amis de votre adolescent sur Facebook. Demandez-leur s’ils souhaitent de l’aide pour composer leur profil Linkedin. Soignez notamment votre vocabulaire. Ne dites pas : « Alors quelle est l’ambiance. Qu’est-ce qui se passe ? » Dites plutôt : « Comment s’est passée ta journée aujourd’hui, chéri ? »Il va dire « bien » parce que c’est le seul mot que les adolescents connaissent quand ils sont confrontés à cette question. Et alors ? Souriez poliment et retournez à vos activités.
Dernier point mais pas indispensable: lorsque nous attendons des garçons qu’ils fassent des « choses de garçons » et des filles qu’elles fassent des « choses de filles », nous pourrions les vouer à l’échec. On a sûrement été élevé de cette manière mais les temps évoluent, et ce n’est pas si mal. Laissez votre petit garçon porter du vernis s’il veut faire « comme maman » ou votre fille jouer aux voitures. Il s’agit d’un débat idéologique et culturel donc ce point restera soumise aux jugement de comme à chacun. De plus, l’identité et la personnalité de l’enfant se basera sur l’opposition et la résistance donc ne soyez pas complètement lisse, vos enfants sauront faire la part des autres plus tard.


Laissez une annonce


 
×
 
×
Vous avez oublié vos informations?
×

Go up