Les pièges liés à la coparentalité

Les pièges liés à la recherche de coparentalité

 

Quand on cherche un projet aussi important que la coparentalité , il est essentiel de bien se préparer , savoir ce que l’on veut vraiment, et de prévoir les inconvénients dont on peut se retrouver engagé sur le reste de la vie.

Avoir un enfant est acte irréversible, pour le meilleur et pour le pire, il faut en avoir conscience, il faut d’abord se poser la question de pourquoi on veut un enfant, car autant le fait de vouloir laisser un héritage génétique ou transmettre ses valeurs à travers l’éducation c’est relativement légitime, autant nombreux s’y engage par pression sociale, pour ne pas se sentir marginalisé par la société. Avoir un enfant ne doit pas être acte forcé ni une solution à des problèmes, pensez à résoudre vos soucis par un autre moyen que par la parentalité, bien que la joie d’être parent peut fournir une certaine satisfaction, qui est naturelle d’ailleurs.

Voici les principaux pièges à appréhender sur la voie de la coparentalité lorsque vous aspirez à devenir parent.

 

L’enjeu financier de la coparentalité

L’argent est la principale cause de rupture des couples, et n’est pas un élément négligeable pour aborder la coparentalité.

L’argent n’est pas à proprement parlé un piège de la coparentalité, mais il peut le devenir s’il n’est pas suffisamment connu, et évoqué à la première rencontre, « quand c’est flou, il y a un loup », l’avantage de la coparentalité par rapport au couple est en grande partie financier, vous ne serez pas obligé mettre la poussières sous le tapis sous prétexte de conserver une bonne cohésion de couple. Renseignez vous sur les mensualités et les applications de la pension alimentaire, surtout si vous ne souhaitez pas la garde de l’enfant, les montants à verser sont en fonction de vos rémunération et sont cumulables en cas de plusieurs enfants, vous pouvez réellement vous retrouver pris à la gorge et compromettre sérieusement votre vie professionnelle par le caractère confiscatoire que peut représenté.

Faites vos calculs et parlez en dès le début avec votre futur partenaire de coparentalité. Ne prenez pas non plus pour argent comptant ce qui sera dit lors de vos entretiens, si vous n’êtes pas prêt à assumer les conséquences financières de la coparentalité, tournez vous de préférence vers le don de sperme.

Des contrats de donneurs existent mais restent encore sur un flou juridique, autrement renseignez-vous sur le CECOS ou les possibilités à l’étrangers si vous êtes une femme.

 

Les mauvaises rencontres

Un des pièges à éviter dans la coparentalité sont les mauvaises rencontres et le manque de connaissance des futurs parents l’un vis à vis de l’autre. L’avantage des couples, bien qu’ils échouent dans de nombreux cas, c’est qu’ils se connaissent avec le temps passé ensemble, qu’ils ont une idée plus précise de qui sera l’autre parent de leur enfant.

Sans chercher à devenir perfectionniste, il faut savoir bien sélectionner son futur coparent pour ne pas tomber dans le piège du conflit ou de l’abandon avec un enfant à charge.

Que soit en couple ou célibataire, hommes ou femmes, renseignez vous un minimum sur votre éventuelle partenaire de coparentalité, en posant les bonnes questions et en rencontrant la personne candidate à la coparentalité assez rapidement, afin de vous éviter une perte de temps inutile et décourageante. Sans devenir trop inclusif, rencontrez le plusieurs fois de préférence et n’hésitez pas à reposer les bonnes questions pour renforcer votre confiance.

Parlez de vos aspirations, de la vie que vous souhaitez donner à votre enfants en commun, de la garde, de son éducation etc … et surtout le dossier médical, les antécédents de santé.

Pensez à votre intérêt et surtout celui de l’enfant, être parent est d’abord un acte altruiste

 

Idéaliser la coparentalité

Comme dans de nombreuses situations, se projeter une vie de parent est un piège, la coparentalité choisi est souvent motivé par l’horloge biologique et les échecs affectifs, si vous n’êtes pas compatibles avec la vie de couple la coparentalité ne résoudra pas votre problème, la coparentalité permet d’obtenir une certaine liberté, les coparents peuvent avoir leurs vie privé qui évolue avec le temps, les coparents ne sont pas lié intemporellement et bien que vous soyez lié génétiquement à l’enfant vous n’êtes pas garanti de faire partie de sa vie si vous n’avez pas la garde.

Vos motivations à long terme ne sont pas forcement en phase, ne rêvez pas d’une vie de famille épanouie qui a peu de chance d’aboutir, pensez à titre individuel.

 

Les sites de coparentalité

Les sites coparentalité payants ne sont pas forcement les plus sures, les 2 principaux sites en France sont souvent par les médias de grandes échelles à travers des articles ( sponsorisés pour certains), ce qui leur donne une valeur d’autorité qui ne se justifie pas forcement.

Certains sites mettent en garde contre le risques de mauvaises rencontres et de faux profils, à juste titre d’ailleurs, mais prennent le soin de s’exclure du lot, sous un prétexte sur mesure de la gratuité, chez eux c’est payant donc il n’y a que des profils de qualité, argument facile et rentable, la vérité c’est qu’il y a des profils douteux dans tous les sites de coparentalité et c’est à vous de filtrer de genre de personne, comme il vous expliqué sur le point précédent.

Les pièges de certains sites de rencontres payant sont encore assez méconnus, comme le renouvellement automatique de l’abonnement, les faux profils aguicheurs ( souvent une belle femme bien sous tout rapport pour vous messieurs) pour vous fidéliser ou encore les messages intéressé avant la fin de l’abonnement pour vous inciter à renouveler. La coparentalité c’est comme pour trouver l’amour, il ne faut pas croire au père Noël, bien que de belles surprises arrivent parfois.


Laissez une annonce


 
×
 
×
Vous avez oublié vos informations?
×

Go up